Le professionnel de la santé
spécialiste de l'activité physique
Les kinésiologues invitent la population à obtenir de l’aide pour s’assurer qu’ils respectent le niveau d’activité physique minimum recommandé.

Même si le nombre de messages incitant les gens à être plus actifs a augmenté au fil des ans, un récent sondage a démontré que 54 % des Canadiens rapportent ne pratiquer aucune forme d’activité physique ou en pratiquer moins de 90 minutes par semaine[i]. Malheureusement, selon l’Organisation mondiale de la santé[ii], la sédentarité est le quatrième facteur de risque de mortalité au niveau mondial, juste après l’hypertension, le tabagisme et un taux élevé de glucose dans le sang. Dans le cadre de la Semaine nationale de la kinésiologie qui se déroule du 14 au 20 novembre, l’Alliance canadienne de kinésiologie et la Fédération des kinésiologues du Québec veulent rappeler à la population que de l’aide est disponible pour ceux qui luttent pour atteindre le niveau minimum d’activité physique recommandé.
 
« Même si tous s’entendent que l’adoption d’un mode de vie actif est important, le fait qu’un Canadien sur deux ne réussit pas à faire le minimum recommandé[iii] démontre que, pour diverses raisons comme le manque de temps ou le manque de connaissance, il n’est pas évident pour plusieurs d’y arriver, explique Marie-Claude Leblanc, présidente de l’Alliance canadienne de kinésiologie. C’est pourquoi la semaine nationale de kinésiologie est une excellente occasion pour les gens d’aller rencontrer des kinésiologues qui pourront prendre le temps de mieux leur expliquer comment il est possible d’augmenter son niveau de motivation et atteindre ses objectifs santé. »
 

TOUT LE MONDE PEUT BÉNÉFICIER D’UN KINÉSIOLOGUE
« Même s’il est vrai que de nombreux athlètes de haute performance travaillent avec des kinésiologues sur une base régulière, ces spécialistes sont également la meilleure ressource pour ceux qui sont aux prises avec des problèmes comme le diabète, les maux de dos ou les problèmes de tension artérielle afin de mettre en place un plan d’entraînement personnalisé et ainsi améliorer leur niveau de santé, » poursuit Mme Leblanc.
 
Les experts s’entendent pour dire que les Canadiens devraient viser à faire au moins 150 minutes d’activité modérée par semaine afin d’améliorer leur santé. Ceci représente l’équivalent d’une marche rapide quotidienne de 20 minutes. Mais un kinésiologue peut également aider les gens à élever leur niveau de jeu afin de profiter pleinement des effets positifs d’un style de vie actif. De nombreuses études recommandent en effet d’augmenter la durée d’activité d’intensité modérée de façon à atteindre 300 minutes par semaine (comme s’adonner à la marche rapide ou le vélo), ou pratiquer 150 minutes par semaine d’activité d’intensité soutenue (comme pratiquer le jogging ou nager). Cette augmentation peut avoir un impact énorme sur la prévention des problèmes de santé graves comme le cancer ou les maladies cardiaques. Mais puisque cette recommandation peut sembler difficile à suivre pour plusieurs, faire appel à un kinésiologue pourra aider à atteindre cet objectif qui aura un avantage assuré sur la santé.
 

AUTRES DONNÉES DU SONDAGE 
  • Les personnes actives sont moins nombreuses en proportion à souffrir d’une maladie chronique (44 % c. 60 %).
  • Les hommes sont plus nombreux que les femmes à être très actifs (34 % sont des actifs assidus comparativement à 23 % des femmes).
  • Les gens possédant un diplôme universitaire sont plus nombreux en proportion à faire de l’activité physique fréquemment, soit 4 à 7 fois par semaine (50 % versus 40 % pour les gens possédant un diplôme du secondaire ou moins).
  • Le fait d’avoir des enfants n’a pas d’influence sur la fréquence de l’activité physique.
  • C’est en Colombie-Britannique que les gens sont actifs le plus fréquemment (57 % pratiquent une forme d’activité physique de 4 à 7 fois par semaine) et c’est au Québec qu’ils sont les moins nombreux à pratiquer une forme d’activité physique 4 à 7 fois par semaine (39 %).
  • Bien que le quart (25 %) des Canadiens ont déjà eu recours à un kinésiologue ou y ont recours présentement, plus du tiers de la population n’a jamais entendu parler de cette profession. 


SEMAINE NATIONALE DE KINÉSIOLOGIE 2016
Durant cette semaine spéciale, diverses activités seront offertes dans tout le pays afin de promouvoir l’importance d’obtenir de l’aide afin d’arriver à atteindre un mode de vie actif. Pour trouver un kinésiologue ou un événement près de chez vous, visitez www.kinesiologue.com, visitez la page Facebook de la Fédération des kinésiologues du Québec ou visitez le www.cka.ca.


Pour planifier une entrevue ou pour plus d’information :
Sophie Allard, ARP
AH!COM
514 499-3030, poste 771
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

____________________
[i] Le sondage Web a été réalisé par Léger du 2 au 4 novembre 2015 auprès d’un échantillon représentatif de 1 555 Canadiens et Canadiennes adultes. Un échantillon aléatoire de la même taille produirait une marge d’erreur de ± 2,5 points de pourcentage, 19 fois sur 20.
 
[ii] OMS, Recommandations mondiales sur l’activité physique pour la santé, 2010.

[iii] Nino, G., Psychological benefits of adapted physical activity in chronic diseases. Science & Sports, 2013. 28 : p. 1-10.

Partager